Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LUMINAME

Présentation de nos prochaines activités

Publié par Association LUMINAME sur
Publié dans : #Sociétés secrétes, #energetique

L'ULTIME SECRET

"Le pouvoir  des  vibrations"

 

A nouveau, le  "Pèlerin du Ciel" va nous dévoiler des aspects ignorés par les religions ou cachés par les Sociétés Secrètes.

Ce soir, il a décidé de parler du :

Pouvoir des Vibrations
 
Après l'exposé, il proposera une expérience particulière...

 
Accueil : 19h30 - Début : 20h00
Participation de 10 € pour les non-membres
Renseignement & inscriptions par mail : asso.luminame@gmail.com
50, Chemin du Val Fleuri (derrière la pharmacie) - 06800 Cagnes sur Mer

 

Cliquez pour voir le plan

15 juillet : "L'ultime Secret" par Bernard CLEMENT

• Bernard CLEMENT, Psy D. :
- Sophrologue diplômé de la Fédération Européenne de Sophrologie (1985).
Membre de Medicina Alternativa (O.M.S.) - Doctorat en psychologie clinique.
Président de l'Association Vivancia contre les maladies orphelines (Mougins).
- Créateur de la méthode AERIA.


• Après un parcours atypique qui l'amènera à étudier la psychologie, la psychanalyse (C. G. Jung), la psychologie transpersonnelle (S. Grof), la parapsychologie et la sophrologie, ses recherches le conduiront dans les milieux philosophiques, religieux et ésotériques de divers pays: Inde, Maurice, Égypte, Togo…
Il pratiquera (entre autre !) le Hatha Yoga (Eva Ruchpaul), le Yoga Irano-égyptien (B. Khane), le Bouddhisme Zen (T. Deshimaru), les arts martiaux (maîtres Noro et Noke) …

• "J'ai un pied chez les scientifiques et l'autre chez les mystiques" a-t-il coutume de dire avec son humour coutumier.
"Les uns m'ont jeté des tomates et les autres des pierres ! Maintenant on vient me voir en reconnaissant que j'étais peut-être un peu en avance sur mon temps".
"Peu m'importe ! Je n'ai couru ni après la gloire, ni après la fortune. J'étais juste un chercheur. Aujourd'hui, ma préoccupation est de TRANSMETTRE mes connaissances afin que le plus grand nombre bénéficie des bienfaits de la méthode. De plus, il reste encore beaucoup de domaines à explorer, car, en plus de 30 ans de pratique, je n'ai pas approfondi la moitié des applications possibles…"

15 juillet : "L'ultime Secret" par Bernard CLEMENT

A PARAÎTRE (fin 2013) : "ANAMNESES, la méthode Æria"

EXTRAITS DE LA PRÉFACE :

Songeur, je ferme le livre de poche que je viens de terminer: “A la recherche de Bridey Murphy” de Morey Bernstein.
Il s’agit de l’histoire d’un hypnotiseur amateur qui avait trouvé un sujet particulièrement facile en la personne d’une femme.
Il avait tenté une "régression d’âge”, technique utilisée par certains psychanalystes. Destinée à retrouver des souvenirs traumatisants enfouis dans l’inconscient, souvent pendant la prime enfance, la méthode consiste à questionner le sujet sur des souvenirs de plus en plus lointains. Par exemple : “Qu’avez-vous mangé hier soir ?”, puis: “Où étiez-vous dimanche dernier ?”, “Comment s’appelait votre voisin de table en sixième ?, etc... On remonte dans le temps.
Des souvenirs que l’on croit impossibles à retrouver parce que trop anciens... mais pas sous hypnose ! C’est que la mémoire à l’état de veille n’a pas la dimension qu’elle peut atteindre dans les états modifiés de conscience. On l'appelle l'hypermnésie.
Je suis tenté par cette aventure. Je sais comment procéder, mais un problème de déontologie se pose à moi : les sophrologues répugnent à utiliser l’hypnose. Cette technique n’est pas sans conséquences secondaires. Les sujets hypnotisables sont naturellement sensibles à la suggestion. En multipliant les séances, ils le deviennent de plus en plus, perdent peu à peu leur esprit critique, leur capacité à contester, leur libre-arbitre. Ils ont alors tendance à prendre toute affirmation pour une vérité. C’est pour cette raison que le sophrologue professionnel ne pratique pas l’hypnose, contrairement à une idée répandue.
Je pratique la sophrologie depuis 1985 ainsi que diverses techniques utilisées en psychothérapie, en psychologie transpersonnelle, en neuroscience. Alors pourquoi ne pas les adapter aux régressions d'âge ? Certes, c’est un peu jouer les apprentis-sorciers, mais il faut bien des premiers cas ! Pasteur était-il sûr de lui lorsqu’il a injecté les premiers vaccins antirabiques ? Je prends tout de même moins de risques que lui.
J’opère d’abord sur des volontaires. Généralement ce sont des élèves qui suivent un training régulier en sophrologie. Les résultats dépassent toutes mes espérances. Non seulement ça marche, mais je n’ai nul besoin de régresser mes patients dans le temps. Ils se projettent immédiatement dans un lointain passé et ce qu’ils rapportent explique leur comportement actuel avec une telle évidence qu’aucun commentaire n’est nécessaire. Autre particularité : ils se souviennent de tout après la séance, ce qui est rarement le cas avec l’hypnose. Enfin, il apparait clairement, et c’est la raison pour laquelle je parle de “patients”, qu’on a un effet thérapeutique immédiat et probant.
Rapidement, je forme des sophrologues à ma technique, adopte pour me différencier le terme d"anamnèse" plus adéquat et… deviens leur patient à mon tour !
Par la suite, je délaisse les “curieux” pour me consacrer essentiellement aux cas pour lesquels la médecine et la psychothérapie ne donnent pas ou peu de résultats. Je découvre que j’ai entre les mains un outil d’une puissance prodigieuse. Plus question d’améliorer l’état d’un patient, plus de constats d’échec ou de rechute. On guérit.
J’ai parfois cette image d’un tableau noir sur lequel seraient inscrits les maux du patient. L’anamnèse est un coup d’éponge sur ce tableau.
C’est à ce point et d’une telle immédiateté que je dois accompagner les patients, parfois pendant plusieurs semaines, par crainte des décompensations possibles.
Pour ces raisons j’ai créé une école. La nécessité d’une méthode, de protocoles précis et d’une déontologie est apparue rapidement.
Expliquer le pourquoi de ces obligations est aussi la raison qui m’a poussé à écrire le présent ouvrage.

SUITE ICI