Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

LUMINAME

Présentation de nos prochaines activités

Articles avec #intelligence emotionnelle catégorie

Publié par Association LUMINAME sur
Publié dans : #developpement personnel, #intelligence emotionnelle

DEVELOPPEZ VOTRE

INTELLIGENCE EMOTIONNELLE

 

Qu’appelle-t-on « l’intelligence émotionnelle » et pourquoi la développer ?
Nous possédons deux esprits : l'un pense, l'autre ressent.

L’intelligence émotionnelle consiste à mettre son intelligence en harmonie avec ses émotions afin de recouvrer la maîtrise de soi, l'ardeur, la persévérance et la faculté de s'inciter soi-même à l'action.

Le saviez-vous ? 
66 % de votre réussite dépend du niveau de votre intelligence émotionnelle et non du traditionnel QI !


Cette conférence prend appui sur les travaux de Daniel GOLEMAN (« L’intelligence émotionnelle »), de Peter SALOVEY (considéré comme étant à l’origine de ce concept) et de Reuven BAR-ON (auteur du premier test de QE).

Je vous propose de comprendre ce potentiel que chacun d’entre nous possède et qui débouche sur la tempérance, une communication adaptée, la capacité à conduire les actions, les projets et les hommes, à faire des choix adaptés, enfin, à orienter son esprit vers les solutions optimales.

Au cours de cette conférence, j’aborderai les techniques et outils favorables à l’élévation de notre QE (quotient émotionnel).
 

Accueil : 19h30 - Début : 20h00
Participation de 10 € pour les non-membres
Renseignements - inscription :
asso.luminame@gmail.com
50, Chemin du Val Fleuri (derrière la pharmacie) - 06800 Cagnes sur Mer

Cliquez pour voir le plan

24 mars : "Développez votre intelligence émotionnelle" par Valérie ZOCCOLA

Valérie ZOCCOLA par... Valérie ZOCCOLA :
Formatrice, conférencière et thérapeute comportementale, j’interviens auprès de multiples publics, en entreprise, en centre de formation et en cabinet. Au cours de mon parcours, je suis intervenue pendant de nombreuses années auprès des personnes victimes de violence et j’ai organisé plusieurs conférences/débats sur ce thème au sein des établissements scolaires où j’ai enseigné. J’ai par ailleurs collaboré en 2004 à un rapport collectif sur les violences faites aux femmes pour la Ligue des Droits de l’Homme – Belgique, en collaboration avec d’autres auteurs tels que Marie-France Hirigoyen (Le harcèlement moral).
Dans ma pratique d’accompagnement, je me suis spécialisée sur l’approche émotionnelle et communicationnelle, d’après les travaux de Lise Bourbeau, Marshall B. Rosenberg et Daniel Goleman.
Accueil en cabinet à Nice et Sophia-Antipolis - Mail : zoccola.valerie@neuf.fr
Tél : 06 11 83 28 46 - Facebook :
Valérie Zoccola Formation

24 mars : "Développez votre intelligence émotionnelle" par Valérie ZOCCOLA
24 mars : "Développez votre intelligence émotionnelle" par Valérie ZOCCOLA

MODELE DE GOLEMAN :
Daniel Goleman, psychologue et journaliste scientifique qui a écrit des articles au sujet de la recherche sur le cerveau et le comportement pour le New York Times, a découvert les travaux de Salovey et Mayer dans les années 1990. Inspiré par leurs conclusions, il a commencé ses propres recherches dans le domaine et il a fini par écrire L’intelligence émotionnelle (Goleman, 1995).
Le modèle de Goleman développe quatre concepts principaux. Le premier, la conscience de soi, est la capacité à comprendre ses émotions, à reconnaître leur influence à les utiliser pour guider nos décisions. Le deuxième concept, la maîtrise de soi, consiste à maîtriser ses émotions et impulsions et à s’adapter à l’évolution de la situation. Le troisième concept, celui de la conscience sociale, englobe la capacité à détecter et à comprendre les émotions d’autrui et à y réagir. Enfin, la gestion des relations, qui est le quatrième concept, correspond à la capacité à inspirer et à influencer les autres tout en favorisant leur développement et à gérer les conflits (Goleman, 1998).
Goleman inclut un ensemble de compétences émotionnelles correspondant à chacun de ces concepts. Les compétences émotionnelles ne sont pas des talents innés, mais plutôt des capacités apprises qu’il faut développer et perfectionner afin de parvenir à un rendement exceptionnel. Cependant, Goleman pose l’hypothèse selon laquelle une intelligence émotionnelle générale est mise au silence et qui détermine le potentiel à acquérir des compétences à ce niveau. Ces compétences sont organisées en « grappes » ou « groupes de synergie » qui se complètent et se renforcent réciproquement (Boyatzis, Goleman et Rhee, 1999).
Goleman reconnaît qu'il est passé de l'intelligence émotionnelle à quelque chose de beaucoup plus large. Il va si loin dans son livre qu'il dit que « il existe un vieux mot pour représenter l'ensemble des compétences liées à l'intelligence émotionnelle : le caractère ». (Goleman, 1995, p. 285). Par ailleurs Goleman (1995, 1998) n’hésite pas à clamer l’extraordinaire pouvoir prédictif de son modèle mixte. Hormis le fait qu’elle favorise la réussite professionnelle et privée, l’auteur dit que l’IE permet aux jeunes d’être moins « rustres », moins agressifs et plus populaires (Goleman, 1995, p.192). Il va même jusqu'à affirmer qu’elle leur permet de prendre de meilleures décisions en ce qui concerne « les drogues, le tabac et le sexe » (Goleman, 1995, p.268).
D'une façon plus générale, l'intelligence émotionnelle conférera donc, selon Goleman, un avantage dans tous les domaines de la vie aussi bien dans les relations affectives et intimes que dans l'appréhension des règles implicites qui régissent la réussite dans les politiques organisationnelles (Goleman, 1995, p.36).

24 mars : "Développez votre intelligence émotionnelle" par Valérie ZOCCOLA

MODELE DE BAR-ON :

Directeur de l’Institut des Intelligences Appliquées du Danemark et expert-conseil auprès de nombreuses organisations en Israël, Reuven Bar-On a mis au point une des premières mesures de l’intelligence émotionnelle en utilisant l’expression « quotient émotionnel ». Son modèle gravite autour du potentiel de rendement et de succès, plutôt que du rendement ou du succès comme tels, et est considéré comme étant orienté vers le processus plutôt que vers les résultats. Il est centré sur une gamme de capacités émotionnelles et sociales, comprenant les capacités à :

  • être conscient de soi ;
  • se comprendre et s’exprimer ;
  • être conscient des autres, les comprendre et entretenir des rapports avec eux ;
  • faire face à des émotions fortes ;
  • s’adapter au changement et régler des problèmes de nature sociale ou personnelle.

Bar-On justifie comme suit son utilisation du terme intelligence émotionnelle : « L’intelligence décrit l'agrégation d'habilités, de capacités et de compétences [...] qui [...] représente une collection de connaissances utilisées pour faire face à la vie efficacement. L'adjectif émotionnel est employé pour mettre en relief que ce type spécifique d'intelligence diffère de l'intelligence cognitive ».

Dans son modèle, Bar-On distingue cinq composantes de l’intelligence émotionnelle : l’intrapersonnel, l’interpersonnel, l’adaptabilité, la gestion du stress et l’humeur générale.

Selon Bar-On, l’intelligence émotionnelle se développe avec le temps, et il est possible de l’améliorer par la formation et la thérapie. Bar-On pose l’hypothèse que les personnes qui ont un QE supérieur à la moyenne réussissent en général mieux à faire face aux exigences et aux pressions de l’environnement. Il ajoute qu’une déficience dans l’intelligence émotionnelle peut empêcher le succès et traduire l’existence de problèmes psychologiques. Par exemple, selon lui, des problèmes d’adaptation au milieu sont particulièrement répandus parmi les personnes qui présentent des déficiences sur les sous-échelles d’épreuve de la réalité, de résolution de problèmes, de tolérance au stress et de contrôle des impulsions.

En général, Bar-On estime que l’intelligence émotionnelle et l’intelligence cognitive contribuent autant l’une que l’autre à l’intelligence générale d’une personne, qui constitue par conséquent une indication de son potentiel de réussir dans la vie.

24 mars : "Développez votre intelligence émotionnelle" par Valérie ZOCCOLA

MODELE DE SALOVEY et MAYER :

Peter Salovey et John Mayer qui ont été les premiers à utiliser l’expression « intelligence émotionnelle » et, situe l’IE uniquement à l’intersection des cognitions et des émotions, ont depuis continué leurs recherches sur l’importance de ce concept (Mayer, Salovey, Caruso et Sitarenios, 2003). Ces auteurs soutiennent que les êtres varient dans leur capacité à traiter l’information d’une nature émotionnelle et leur capacité à établir un lien entre ce traitement émotionnel et la cognition générale. Ils posent ensuite l’hypothèse que cette capacité se manifeste dans certains comportements d’adaptation (Mayer, Salovey et Caruso, 2000).
Selon ces auteurs, l’intelligence émotionnelle comporte deux dimensions : la dimension expérientielle (la capacité à percevoir et à manipuler l’information émotionnelle ainsi qu’à y réagir sans nécessairement la comprendre), et la dimension stratégique (la capacité à comprendre et à gérer les émotions sans nécessairement bien percevoir les sentiments ou les éprouver complètement). Chaque dimension est ensuite divisée en deux branches qui vont des processus psychologiques de base aux processus plus complexes intégrant l’émotion et la cognition.
La première branche, celle de la perception émotionnelle, correspond à la capacité à être conscient de ses émotions et à exprimer ses émotions et besoins émotionnels correctement aux autres. La perception émotionnelle inclut également la capacité à faire la distinction entre des expressions honnêtes et malhonnêtes des émotions. La seconde branche, celle de l’assimilation émotionnelle, renvoie à la capacité à faire la distinction entre différentes émotions ressenties et à reconnaître celles qui influent sur les processus de pensée. La troisième branche, celle de la compréhension émotionnelle, est la capacité à comprendre des émotions complexes (comme le fait d’éprouver deux émotions en même temps) et celle de reconnaître les transitions d’une émotion à une autre. Enfin, la quatrième branche, celle de la gestion des émotions, correspond à la capacité à vivre ou à abandonner une émotion selon son utilité dans une situation donnée (Mayer et Salovey, 1997).